la broderie à travers les âges

Publié le par Ateliers Christine Falieu

La broderie

 

Par Christine Falieu

 

 

Qui ne sait jamais demandé d’où venaient ces travaux splendides ?? Quels sont ces origines ??

La broderie servait de langage symbolique plutôt que de décoration. Par exemple en Chine, elle pouvait indiquer le rang, la situation sociale du propriétaire comme le phœnix réservé à l’impératrice. Il y avait aussi, le papillon emblème de la félicité conjugale, la chauve-souris rose celui du bonheur, le perroquet qu’en a lui est un avertissement aux femmes infidèles, etc….

Aux Indes, la broderie était réglementée par code de Manu (établi il y a plus de 2500 ans) qui comportait des règles strictes quant aux utilisations et aux types de dessins.

Dans l’ancien Pérou on utilisait des points de broderies ressemblant aux points de tricot. Les Péruviens fabriquaient non seulement des tissus extrêmement sophistiqués à partir de point de broderie mais ils utilisaient également des points noués pour faire des franges, bordures, représentant des oiseaux, des poupées…

Dans l’antiquité, les Grecs et les romains, brodaient souvent leurs tuniques de dessins géométriques sévères, ils aimaient également les gilets richement brodés d’or qui était exécuté pour eux en Phrygie.

Au XIeme siècle en France, on produisit la fameuse tapisserie de Bayeux, une œuvre de 70m sur 0,5m brodée en laine sur toile. Elle représente les victoires de Guillaume le Conquérant. C’est le peu de valeur des matériaux utilisés qui nous vaut aujourd’hui de voir cette œuvre préservée. A cette époque ils n’hésitaient pas a travailler des matériaux bien plus précieux qui ont attiré les pillards. L’abbé de Bourgueil nous décrit une broderie : Les rideaux de lit d’Adela, fille de Guillaume le conquérant : « …Des fils d’or et d’argent si fins que je crois rien de plus fin ne peut exister- le tissu également en était si fin que rien ne pouvait surpasser en finesse- des pierreries rouges brillaient au milieu de l’ouvrage ainsi que des perles qui n’avaient pas de peu de prix. Le scintillement et la beauté de la tapisserie étaient tels qu’on aurait pu dire qu’ils dépassaient les rayons de Phebus. De plus en lisant les inscriptions vous pouviez y reconnaître des histoires vraies et originales…».

Entre le XIeme et XIIIeme siècle, en Angleterre, la broderie servait principalement aux ornements d’église : « opus anglicanum »  dont les papes étaient friands. La considération dont elle était l’objet nous vaut aujourd’hui la présence de maintes broderies dans les églises et cathédrales.

 

 

Commenter cet article